Suis Je Seul Au Monde Dissertation Topics


Zoom

La solitude peut s'expérimenter de plusieurs façons. Le plus couramment on décrit le fait d'être seul de façon physique, je suis seul car il n'y a personne autour de moi à portée de vue. Ensuite la solitude est vue comme un sentiment, une sensation, on peut se sentir seul au milieu de la foule. La solitude ici est psychologique voire même philosophique selon les raisons qui nous poussent à nous sentir seul. Je me sens seul car les gens autour de moi ne me reconnaissent pas comme leur alter ego ou inversement. La solitude est donc en rapport direct avec ma relation avec autrui. C'est ce besoin de « re-connaissance « qui nécessite le regard de l'autre, l'autre qui possède une conscience doit pouvoir me connaître comme une autre conscience, un individu égal à lui même.

Ainsi même si il parait évident à tout être conscient qu'il n'est pas seul physiquement, la solitude est pourtant un sentiment courant chez chaque individu. Dois je donc entreprendre de m'interroger sur ma vie intérieure pour pouvoir poser le monde comme condition de mon existence ou ne dois je voir le monde que comme une manifestation de ma conscience. Le monde est il en soi ou est pour moi? Comment puis je me lier à autrui si autrui ne pourra jamais savoir ce que je suis?

"La société moderne, sous l'impulsion de la technocratie fanatique, entreprend l'isolement de chacun, claustré dans son appartement, dans son automobile ou son bureau; à l'image du cosmonaute dans sa cabine spatiale..." F. George, Autopsie de Dieu



Pour Kant, le monde se scinde en deux états, le phénomène et ce qui est « en soi ». Je ne peux qu'accéder aux phénomènes, le monde tel qu'il est en soi ne me sera jamais accessible. L'idée de l'isolement paraît donc difficile, car si je suis seul c'est par rapport aux autres et ces autres n'existent tels que je les perçois uniquement parce que je les perçois "Or, autrui serait devant moi un en-soi et cependant il existerait pour soi, il exigerait de moi pour être perçu une opération contradictoire, puisque je devrais à la fois le distinguer de moi-même, donc le situer dans le monde des objets; et le penser comme conscience, c'est à dire comme cette sorte d'être sans dehors et sans parties auquel je n'ai accès que parce qu'il est moi et parce que celui qui pense et celui qui est pensé se confondent en lui. Il n'y a donc pas de place pour autrui et pour une pluralité des conscience dans la pensée objective... mais, justement, nous avons appris à révoquer en doute la pensée objective." Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception          B- Il y a donc une antithèse de l'isolement, je me sens seul car je ne me sens pas intégré au tout qui n'est pas moi mais qui est tels quel grâce à ma présence. Il faut donc distinguer ce qui est le moi intérieur et le moi social. Le moi intérieur est chez Bergson tout ce qui est intime, inavoué, inaccessible à autrui et donc qui provoque le sentiment de solitude tandis que le moi social est la partie de mon individualité qui est en contact permanent avec autrui et le monde. "Entre autrui et moi-même il y a un néant de séparation. Ce néant ne tire pas son origine de moi-même, ni d'autrui, ni d'une relation réciproque d'autrui et de moi-même; mais il est, au contraire, originellement le fondement de toute relation entre autrui et moi.


Signaler un abus

Vous souhaitez signaler un abus?


Document concerné : Suis-je seul au monde ?

Auteur du document :

Votre message a bien été envoyé!
Un autre homme, une autre personne. En philosophie, "autrui" est ce qui est différent de moi et que l'appréhende par ma subjectivité. L'homme est ce que j'ai en commun avec les autres, tandis qu' "autrui" est ce qui me différencie des autres, ce que je ne peux connaître totalement, à cause de ma subjectivité.
La connaissance qu'a l'homme de ses pensées, de ses sentiments et de ses actes. La conscience, par cette possibilité qu'elle a de faire retour sur elle-même, est toujours également conscience de soi. C'est elle qui fait de l'homme un sujet, capable de penser le monde qui l'entoure. CONSCIENCE MORALE: Jugement pratique par lequel le sujet distingue le bien et le mal et apprécie moralement ses actes et ceux d'autrui. CONSCIENCE PSYCHOLOGIQUE : Aperception immédiate par le sujet de ce qui se passe en lui ou en dehors de lui.
Qui remonte à l'origine, qui existe depuis toujours.
La notion de personne est la notion d'un être raisonnable, autonome et irremplaçable qui n'obéit à d'autre loi que celle qu'il institue.
La phénoménologie, pour Husserl, vise un but: "Retourner aux choses mêmes". Pour cela, il faut faire apparaître ce qui n'apparaît jamais dans les phénomènes, à savoir l'acte de de conscience par lequel ils se mettent à exister. Il faut donc suspendre toute croyance immédiate et naïve en l'existence des choses. Il est alors possible de voir, que, sans la conscience, les phénomènes n'auraient ni réalité ni sens.
Système politique dans lequel le pouvoir réel est détenu par des techniciens et dans lequel les considérations morales et les revendications humaines passent au second plan.
Principe justificatif d'un raisonnement, d'une loi.
Ce qui n'a pas d'être. La non-existence. "Je suis comme un milieu entre Dieu et le néant" (Descartes). Pour Bergson, le néant absolu est une "pseudo-idée". Pour Heidegger, il est limitation de l'existant.
Caractéristique d'un jugement rendu en présence des deux parties présentes ou représentées.

La dissertation est un exercice typiquement français qui comporte des règles strictes, apprises souvent avec douleur. Nous traiterons dans cet article exclusivement de sa construction physique. Cet aspect qui pourrait apparaître relativement secondaire est au contraire l’un des plus importants à connaître par l’apprenant. Connaître la structure, c’est savoir ce que doit contenir une dissertation bien construite. Elle permet ainsi de donner un cadre formel aux idées exprimées. Elle permettra d’organiser les idées entre elles, les lier, et au final, de produire un raisonnement bien construit et compréhensible pour le lecteur.

 

Et c’est ce que l’on attend d’un sujet de réflexion. L’apprenant doit être capable de présenter ses idées d’une manière organisée. Et les Français, qui ne connaissent pas grand-chose de Boileau, en retiennent au moins ceci : ce qui se conçoit clairement, s’énonce clairement. La dissertation permettra d’exprimer des idées de façon claire, et même, ce que l’on prétend souvent, de construire sa pensée.

 

 

Nous présenterons dans d’autres articles des exemples de dissertation. En attendant, voici comment vous devez la construire.

 

L'introduction

 

L’introduction doit constituer un seul paragraphe. Commencez-là avec un alinéa (comme pour tous les paragraphes). Elle doit contenir :Une dramatique (ou amorce) : En une phrase, soulevez un problème lié au thème de votre dissertation, et même de préférence, lié à la problématique. Cette phrase a pour but d’accrocher votre lecteur. Evitez les banalités ou les trop grandes généralités qui de toute façon, n’ont aucun intérêt.

  •       Une problématique : sous forme de questions successives s’enchainant logiquement, dégagez l’intérêt de votre sujet. Si l’on vous a posé une question, c’est que cette question doit avoir un intérêt. A vous de montrer lequel. Cette problématique constitue le moment le plus important de l’introduction. Vous devez travailler à partir des mots du sujet et les définir. Ces mots, selon leurs définitions, les liens qu’ils entretiennent soulèvent des interrogations. A vous de les expliciter.
  •         L’annonce de la question : avant la problématique ou après, vous devez formuler ou reformuler la question du sujet. Après tout, on doit savoir de quoi vous allez parler et pourquoi vous avez défini tous ces mots.
  •          L’annonce du plan : vous devez très clairement formuler le plan que vous allez suivre. Ce plan doit logiquement suivre l’organisation de votre problématique. Vous devez ainsi présenter vos thèses et éventuellement évoquer vos arguments pour chaque thèse.

 

Le développement

 

Première partie : Pour commencer la première partie, vous devez sauter une ligne puis laisser un alinéa. Ensuite, en une phrase vous devez présenter clairement l’idée que vous allez défendre dans cette partie, et seulement cela (avec un point à la fin). Ce sera votre thèse.

A la suite, vous énoncez tout aussi clairement votre premier argument, lui aussi suivi d’un point. L’argument, c’est ce qui vous permettra de défendre votre thèse : pourquoi j’énonce cette thèse ? Parce que argument 1. Une fois énoncé, vous devez expliquer votre argument. Vous devez ensuite l’illustrer d’un exemple. Cet exemple doit lui-même être ensuite expliqué, en rapport à l’argument et à la thèse. Vous devez finalement et obligatoirement répéter votre argument (en lien avec le reste), puis faire une petite transition avant l’argument 2.

 

 

Pour écrire l’argument 2, vous devez aller à la ligne et passer un nouvel alinéa. Mais cette fois-ci, vous NE sautez PAS de ligne. Vous le construisez ensuite comme l’argument 1.

 

 

Idem pour l’argument 3, sauf que vous enchainez sur la synthèse de la partie. Cette synthèse doit récapituler tous vos arguments, reprendre vos principales idées et faire le lien entre ces différentes idées. Vous insisterez bien sur le fait que ces 2 ou 3 arguments défendent votre thèse. Enfin, vous rappellerez votre thèse, ferez une petite transition vers la deuxième thèse et finirez ainsi ce paragraphe et cette partie.

 

 

 

La deuxième partie se construit comme la première. Vous devez également sauter une ligne et laisser un alinéa pour la commencer. Le reste est également identique.

 

 

 

Idem pour la troisième partie, qui elle, en revanche, est facultative. En effet, vous construirez un minimum de 6 paragraphes et un maximum de 9 paragraphes pour le corps de votre dissertation (ne comprenant donc pas l’introduction et la conclusion). Cela vous fera donc soit 2 parties de 3 paragraphes (3 arguments), soit 3 parties de 2 paragraphes (2 arguments) au minimum. Selon ce choix, vous ferez ou non une troisième partie. N’oubliez pas la synthèse !

 

 

La conclusion

 

La conclusion : vous devrez à nouveau sauter une ligne et laisser un alinéa. Tout comme l’introduction, la conclusion ne fait qu’un seul et unique paragraphe. Il est important de rappeler que la conclusion ne contient AUCUNE information nouvelle. Si vous vouliez dire quelque chose pour faire le lien entre vos arguments, vous devez le faire dans la synthèse de fin de partie. La synthèse de la dernière partie est donc essentielle à cet égard.

La conclusion sert à répondre explicitement à l’introduction. Vous devez ainsi rappeler toutes vos thèses, vos arguments et proposer le bilan final. Vous terminerez éventuellement sur une ouverture permettant d’envisager d’autres perspectives au sujet exploré.

 

 

N’hésitez pas à me poser vos questions !

 

 

 



 Lire aussi : 
Rédiger une problématique de dissertation
exemple de plan de dissertation
les épreuves du bac de français
Le commentaire de texte 
exemple de plan de commentaire de texte sur Anna Gavalda  
commentaire de texte : plan sur les Lettres persanes 
l'épreuve orale du baccalauréat de français 
La question préalable à l'épreuve écrite du Bac de Français 

 

 


Retour au sommaire

0 thoughts on “Suis Je Seul Au Monde Dissertation Topics”

    -->

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *